Nouvelle – Elles

elles novélisation

ELLES (novélisation)

Chapitre 1 – Debut de soirée

La soirée n’avait pas encore commencé que déjà, Damien se sentait extrêmement nerveux. Il savait que ses amis (si on peut parler d’amis) allaient venir le chercher d’une minute à l’autre et il se sentait loin d’être prêt. Il n’avait jamais vraiment passé de soirée dans un bar et l’idée l’enchantait guère. Il avait accepté suite à l’insistance de ses deux amis, Brittany et Julien, qui trouvaient qu’il devait s’amuser davantage. Damien savait s’amuser, mais à sa façon. Sa passion, c’était la photographie. Il ne sortait jamais sans son appareil et prenait des photos de tout et n’importe quoi. Il trouvait cela bien plus intéressant que d’aller se saouler dans un bar. A vrai dire, Damien n’aimait pas vraiment la compagnie des autres. Il se forçait à sourire chaque fois qu’il rencontrait quelqu’un mais, en fin de compte, il se sentait bien mieux dans la solitude. Les autres ne lui avaient jamais vraiment fait de bien, au contraire. Depuis l’école primaire, ils s’étaient toujours moqués de son handicap – et ceux qui ne se moquaient pas de lui adoptaient une attitude qui déplaisait encore plus à Damien : l’hypocrisie. Damien était en effet un jeune homme tétraplégique, en fauteuil roulant. Il n’avait jamais marché. Cela avait fait fuir son père à sa naissance. Quant à se mère, elle était toujours restée distante avec lui, si bien que l’affection était quelque chose d’étranger à Damien. Il vivait désormais seul dans un appartement à Nice, pour ses études en audiovisuel. Il est vrai qu’à 20 ans, les autres avaient passé l’âge de se moquer des handicapés et personne, dans son école, ne s’était réellement moqué de lui. Mais ils avaient toujours ces regards…Damien les détestait.
La sonette de sa porte retentit. Ce devait être Brittany et Julien. Damien soupira. Il aurait préféré qu’ils oublient de passer le chercher, ce qui lui aurait permis de passer la soirée seul, chez lui, loin du regard du monde. Il leur ouvrit néanmoins la porte.
- T’es prêt ? demanda Julien.
- Il faut bien ! rétorqua Damien avec un sourire forcé.
- C’est partit alors !

Chapitre 2 – A la plage

Julien avait demandé à Damien de lui faire quelques photos avant d’aller au bar. Damien improvisa donc un shooting au bord de la mer.
- C’est bon, vous pouvez bouger, j’ai pris la photo, dis Damien.
- Okey, merci vieux ! Bon allez, pose ce gros machin, on y va ! répondit Julien.
- On va où, déjà ?
- Dans un endroit qui t’est pas très familier.
- Tu sais les bars c’est pas trop mon truc.
- Taratata, tu as dit que tu venais avec nous, tu viens. Eh puis, on sait jamais, peut-être que ce soir, c’est ton soir.
Damien savait ce que Julien voulait dire par là. Contrairement à Julien, il n’avait jamais rien fait avec une fille – comment le pourrait-il ? Il n’avait jamais eu la moindre relation depuis sa naissance. Les filles étaient quelque chose de complètement étranger pour lui, et il savait que ce serait ainsi toute sa vie. Il s’y était résigné. De toute façon, il n’en avait pas vraiment envie. A vrai dire, les filles lui faisaient peur.
Julien poussa Damien jusqu’au bar « Melvin ». Plus ils se rapprochaient, plus Damien sentait l’angoisse monter en lui.

Chapitre 3 – Au bar

Arrivé devant le bar -d’où régnaient une atmosphère anormalement rouge -, Damien observa les gens qui sirotaient leur verre.
- Je t’assure, c’est vraiment pas mon élément, tout ça, dit-il à Julien.
- Ecoute tes plus au lycée, c’est le monde extérieur maintenant. Il est temps que tu sors de ta bulle !
Damien n’aimait pas vraiment Julien, ni Brittany. Il restait avec eux car c’étaient les deux seules personnes qui acceptaient de passer du temps avec lui mais il détestait les réflexions et les sous-entendus de Julien. Quant à Brittany, elle ne disait jamais rien, mais se contentait de béquoter Julien dès qu’elle le pouvait. Damien trouvait cela irrespectueux.

Dans le bar, assises à une table ronde, se trouvaient deux jeunes filles aux yeux bleus, aux cheveux noirs et lisses, et habillées toutes les deux en robes noires. Elles se regardaient sans dire mot.
Damien, Julien et Brittany, entrèrent chez « Melvin ». Damien ne manqua pas de remarquer les regards intrigués des autres. C’était toujours la même chose, chaque fois qu’il pénétrait dans un lieu inconnu. Le comptoir se situait au bout du bar, et Damien dû se faire pousser sur toute la longueur de la salle, passant devant chaque personne qui feignaient l’indifférence.
« Deux bières. » demanda Julien arrivé au comptoir.
Damien se sentait trop petit, assis sur son fauteuil, devant le comptoir trop haut. Il cria presque « Pour moi ce sera un cocktail, s’il vous plait ! »
Il se retourna vers ses deux amis qui, déjà, se bécotaient. Comme chaque fois qu’ils le faisaient, Damien se sentait gêné. Il avait l’impression que ses deux amis oubliaient sa présence.
« Bon, moi je vais chercher une table », dit-il, sans obtenir la moindre réaction de la part de ses amis.
Il roula dans le bar et tomba sur la table de l’une des jeunes filles en noir qui le regardait. Cependant, Damien remarqua que son regard était différent de ceux des autres. Il n’y avait pas de mépris, ni de dégout. Elle le regardait comme elle aurait regardé n’importe qui d’autre, et surtout, elle lui souriait. Combien de filles avaient souris à Damien au cours de son existence. Mais ce qui le pétrifia avant tout, fut la beauté de cette jeune fille. Il n’avait peut-être jamais vu de fille aussi belle de sa vie. Voyant qu’elle le regardait toujours, Damien ne savait pas quoi dire. Il laissa échapper un « Bonjour » presque inaudible. Il senti alors demain se poser sur ses épaules et une voix lui murmura à l’oreille :
« C’est tes yeux qui ne vont plus marcher à force de reluquer mon ami comme ça ».
Damien se retourna, et vit une fille encore plus belle. Elle était elle aussi habillée en noir, avec les cheveux noirs. Elle s’assis à côté de la première fille et les deux lui firent signe de venir les voir. Damien s’exécuta et se retrouva bientôt à leur table. Ces deux filles étaient si parfaites qu’il se demanda si ce n’était pas un rêve.
- Moi c’est Marie, dis celle de gauche.
- Et moi, Carrie, dit celle de droite.
- Tu as l’air perdu à rouler comme ça au milieu du passage, reste ici, il y a une place, dit Marie.
- En fait…je cherchais une table, bégaya Damien.
- Tu viens d’en trouver une, dis Carrie.
- En fait…je cherchais pour trois personne, je suis venu avec des amis et…
- Je ne vois personne d’autre, répondit Marie.
- Ben…heu…si, regarde…
Damien se retourna vers le comptoir, espérant y voir Julien et Brittany. Il les vit allongés l’un sur l’autre sur le comptoir, en train de se bécoter avec fougue et sensualité. Le barman ne semblait pas les remarquer. Personne ne semblait les remarquer sauf Damien. Il remarqua une rose blanche, posée sur le comptoir, devant eux.
Damien se retourna vers les deux beautés qui lui souriaient, l’air satisfait.
- Alors tu fais quoi dans la vie ? demanda Carrie.
- D…Des photos.
- C’est ton métier ? demanda Marie.
- Non c’est un passetemps, un hobby…je suis étudiant en audiovisuel, sinon.
Sur ce, Damien, se retourna vers ses deux nouvelles amies. Il remarqua que l’ambiance autour de lui devenait de plus en plus rouge. Marie et Carrie, en revanche, gardaient une couleur de cheveux d’un noir profond et des yeux d’un magnifique bleu. Damien remarqua alors qu’il n’y avait plus personne d’autre dans le bar, à part Marie, Carrie, Brittany, Julien, le barman et lui-même. Toutes les autres tables étaient subitement vide.
Damien se retourna à nouveau vers le comptoir. Julien était toujours sur Brittany, mais avait enlevé son t-shirt. Brittany était désormais en soutien-gorge et la rose était désormais rose. Le barman continuait à laver des verres comme si de rien était.

Chapitre 4 – Cauchemar

« Sois pas timide…reste avec nous », dirent Marie et Carrie en même temps. Damien se retourna. Les deux filles avaient maintenant les yeux blancs, sans pupille et du sang coulaient de leurs yeux. Leurs ongles étaient maintenant des griffes et, dans leurs assiettes, nageaient des asticots.
Damien voulu d’abord fuir, mais quelque chose empêchaient ses roues de bouger. Il baissa les yeux, c’était du sang qui colaient ses roues au sol.
« T’es tout maigre, dit Carrie, tiens, tu n’as qu’à finir mon assiette, je te l’offres. »
Elle lui tendit son assiette où une centaine d’asticots gigotaient. Au milieu de l’assiette se tortillait un énorme ver qui ressemblait à s’y méprendre à un pénis vivant.
« T’as pas l’air de manger souvent, dit Marie, mange. »
Elle lui tendit une fourchettée de son assiette, qui contenait, en plus des asticots, une sorte de vulve vivante qui gigottait.
Damien n’avait qu’une envie, fuir. Ses roues étaient solidement collées au sol. Marie lui continuait de lui tendre un morceau de nourriture sur lequel se déplaçaient des asticots.
Carrie se leva.
« Tu sais pas encore comment t’y prendre…on va t’aider. »
Elle alla derrière lui pour lui tenir les bras. Marie s’avança vers lui tout en restant assise. Elle lui tendait toujours sa fourchettée.
Derrière Damien, Julien et Brittany faisaient l’amour sur le comptoir. Le barman nettoyait la rose qui était maintenant rouge et pleine de sang. Il avait également du sang qui lui coulait des yeux.
Sans qu’il puisse expliquer pourquoi, Damien finit par ouvrir la bouche et avala la part que lui tendait Marie. Il sentit l’asticot se mouvoir dans sa bouche, puis avala avec une grimace. Les deux filles sourirent de satisfaction. Déjà, Marie lui tendit une autre part, qu’il avala également.
Les deux filles avaient maintenant de grandes dents pointues, qu’elles exhibaient en ricanant, pendant qu’elles donnaient à manger à Damien.
« C’est toujours un peu dégueu, la première fois. » fit Carrie en lui tenant toujours les bras.
Damien avait des asticots plein la bouche. Il avala avec énormément de difficulté et fini par terminer l’assiette de Marie – celle qui contenait les vulve vivante. Marie lui tendit alors l’assiette de Carrie, où gigotait toujours le ver géant en forme de phallus.
Derrière lui, Brittany et Julien faisaient toujours l’amour.

Chapitre 5 – Fin de soirée

La porte d’entrée de l’appartement de Damien s’ouvrit timidement. Damien entra dans son appartemment avec difficulté. Il roula jusque dans sa chambre et se leva de son fauteuil.
« Quelle soirée…j’aurais dû prendre leurs numéros. »

Cet article a été publié le Mercredi 30 août 2017 à 17 h 15 min et est catégorisé sous Non classé. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Les écrits de Sungha |
Camille Chapuis Ecrivain-Ro... |
Les pense-bêtes du poete |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Twexter
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions